COVID-19 et conditions de vie en Suisse en 2020 (SILC)

| Dernière mise à jour: 31.05.2021

image - experimental statistics

Contexte

Au printemps 2020, la pandémie due au COVID-19 a entraîné d’importantes restrictions économiques et sociales, altérant les conditions de vie de la population vivant en Suisse. L’enquête sur les revenus et les conditions de vie (SILC), qui fournit chaque année des informations détaillées sur la pauvreté et les conditions de vie en Suisse, a permis d’en mesurer l’impact. Ces résultats sont présentés ici pour la première fois. Les interviews de l’enquête SILC ont été menés entre janvier et juin 2020. Cette période de relevé couvre le début de la crise du COVID-19 et permet de différencier la période avant le semi-confinement (avant le 16 mars, avec 7507 répondants au questionnaire individuel) de celle pendant le semi-confinement (4864 répondants au questionnaire individuel entre le 16 mars et le 20 juin).

Objectifs

L’objectif des analyses expérimentales proposées ici est de fournir le plus rapidement possible des informations sur la façon dont la population résidant en Suisse a fait face au début de la crise sanitaire liée au COVID-19. Ainsi, les évaluations subjectives fournies par la population sur les dimensions principales de la vie (relations personnelles, santé, situation financière, sentiment de bonheur, sécurité de l’emploi, confiance dans le système politique, etc.) ont été comparées avant et pendant le semi-confinement, ainsi qu’avec les résultats de 2019.

Une pondération expérimentale a été développée afin d’estimer correctement les résultats de l’enquête 2020 sur l’ensemble de la population et de permettre une diffusion rapide des résultats (voir le paragraphe méthodologie).

Résultats

Dans l’ensemble, la population résidant en Suisse affiche un niveau élevé de satisfaction générale qui n’a pas faibli au premier semestre 2020. En effet, durant cette période, la crise liée au COVID-19 n’a eu qu’un faible impact sur la satisfaction de la population à l’égard de la vie actuelle et des relations personnelles ainsi que sur la perception de l’état de santé. Si la part de personnes se considérant toujours ou la plupart du temps heureuses (sentiment de bonheur) a diminué de manière significative suite au semi-confinement décrété le 16 mars 2020, l’évolution par rapport à l’année précédente n’est pas manifeste.



La confiance de la population dans le système politique suisse figure parmi les plus élevées d’Europe et a encore augmenté pendant la crise. Les personnes interrogées depuis le 16 mars accordent significativement plus souvent une grande ou une très grande confiance au système politique suisse que les personnes interrogées avant le semi-confinement. En parallèle, la part de personnes lui accordant une faible confiance a sensiblement diminué. La hausse de confiance la plus forte a été observée chez les personnes à partir de 65 ans, les femmes, les personnes de nationalité suisse, les germanophones et les personnes ayant un niveau de formation élevé (degré secondaire II ou degré tertiaire).
 



L’évaluation subjective de la situation financière du ménage n’a guère changé au cours du premier semestre 2020 dans l’ensemble de la population. Un constat qui ne s’applique toutefois pas à tous les groupes de population. Parmi les personnes qui ont répondu à l’enquête en français, le pourcentage estimant joindre les deux bouts facilement ou très facilement a augmenté significativement pendant le semi-confinement. Pour la population à partir de 65 ans, c’était déjà le cas avant le semi-confinement. À l’inverse, cette proportion a sensiblement diminué après le 16 mars pour les personnes ayant répondu en italien.
 



Les préoccupations exprimées pendant ce début de crise sanitaire concernent la situation économique future avec une forte baisse du sentiment de sécurité de l’emploi: le pourcentage de la population active qui déclare un risque très faible de perdre son emploi passe de 64,2% en début d’année 2020 à 53,5% pendant le semi-confinement. Cette baisse du sentiment de sécurité de l’emploi est particulièrement marquée pour les hommes, les personnes de nationalité étrangère et celles rencontrant des difficultés financières.
 

 

Les résultats détaillés pour l’ensemble des indicateurs et sous-groupes sont disponibles sous forme de fichier Excel.


Méthodologie

Les estimations pour 2019 et 2020 sont basées sur des versions provisoires des données SILC-19 et SILC-20 non encore diffusées.

Le profil des répondants n’étant pas le même que celui des non-répondants, la pondération joue un rôle important pour permettre une extrapolation à la population de référence.

La pondération SILC-19 utilisée est la pondération standard finale, alors que la pondération pour SILC-20 (avant ou pendant le semi-confinement) est une pondération expérimentale.

La pondération transversale standard SILC est habituellement produite environ 10 mois après la fin de terrain d’enquête. Ceci car des contrôles d’intégrité, des consolidations et l’intégration de données de registres (disponibles dès mars 2021 pour l’enquête 2020) sont nécessaires pour pouvoir produire cette pondération. Les travaux de contrôle qualité et d’intégration de registre ne concernent en revanche que très peu les variables subjectives exploitées ici.

Une pondération provisoire et expérimentale a été calculée afin de pouvoir diffuser plus rapidement les informations de l’impact de la crise du COVID-19 sur le bien-être en Suisse durant la première moitié de 2020. Cette pondération expérimentale comprend une correction de la non-réponse totale uniforme, sans prise en compte des spécificités des profils. Cette correction uniforme de la non-réponse totale s’explique par la non-disponibilité de certaines variables auxiliaires (de profils) utilisées dans la pondération standard pour la correction de la non-réponse.

Afin de corriger le mieux possible le biais potentiel dû à la non-réponse totale, un calage final a été appliqué pour cette pondération provisoire et expérimentale. Ce calage final a été réalisé sur les mêmes dimensions que le calage final de la pondération standard, à la seule différence que nous avons utilisé les informations auxiliaires de décembre 2018 au lieu de décembre 2019 (non disponibles avant mars 2021). La pondération expérimentale utilisée pour les exploitations COVID-19 représentent donc la population de fin 2018 au lieu de celle de fin 2019, comme ce sera le cas de la pondération standard pour SILC-20.

Les variables de calage final utilisées, toutes tirées de registres, sont les suivantes:

  • État Civil (source SRPH)
  • Genre (source SRPH)
  • Groupe de nationalité - 4 classes (source SRPH)
  • Type de famille (source SRPH)
  • Taille du ménage (source SRPH)
  • Grande région (source SRPH)
  • Statut de risque de pauvreté à 60% de la médiane du revenu total équivalent du ménage (source CDC)
  • Indicatrice que le revenu total ménage équivalent est < P10 (source CDC)
  • Indicatrice que le revenu total ménage équivalent est < P50 (source CDC)
  • Indicatrice que le revenu total ménage équivalent est < P20 (source CDC)
  • Indicatrice que le revenu total ménage équivalent est > P80 (source CDC)



Ces dernières se recoupent en partie avec les variables auxiliaires utilisées pour la correction de la non-réponse dans la pondération standard. Les principales dimensions non couvertes sont les suivantes:

Variables tirées de registres:

  • Composition du ménage selon la nationalité
  • Type de famille et nombre d’enfants
  • Composition du ménage selon le sexe
  • Typologies de communes en 9 classes
  • Groupe de nationalité - 2 classes
  • Taille de la commune du ménage
  • Présence de prestations complémentaires dans le ménage
  • Nombre d’allocations chômage dans le ménage
  • Nombre de rentes invalidité dans le ménage
  • Nombre de rentes vieillesse dans le ménage
  • Nombre de revenu du travail dans le ménage
  • Déménagement (changement de bâtiment) dans les 2 dernières années
  • Surface de l’habitation par membre du ménage


Variables tirées de l’enquête SILC de la vague 1 utilisées dès la vague 2:

  • Statut d’activité en 4 classes
  • Statut de risque de pauvreté à 60% de la médiane du revenu total équivalent du ménage
  • Privation matérielle 3 items sur 9
  • Type de formation maximale du ménage
  • Intérêt pour la politique
  • Loyer et frais liés au logement


Afin de corriger les problèmes de comparabilité liés au fait que les profils des répondants en début d’enquête (plus coopératifs face à la statistique) sont différents de ceux répondant en fin d’enquête, nous avons traité séparément l’échantillon net des répondants avant le 16 mars de celui des répondants entre le 16 mars et le 20 juin (semi-confinement en Suisse). Ainsi les deux sous-échantillons nets correspondent chacun à la population de décembre 2018.

La dispersion des poids de la pondération expérimentale de SILC-20-COVID-19 est proche de celle de la pondération standard SILC-19.